PIERRE CHAPO

1927-1987
France

« Mes meubles […] sont faits avec de la sincérité et de très beaux matériaux, des matériaux que les hommes ont toujours touchés, toujours travaillés.  »

• Pierre Chapo •

« Il me semble que ce que je crée a besoin de se traduire par des silhouettes simples comme dans la typographie. Je trouve que les lettres d’imprimerie ont souvent ce caractère de simplicité intégrale et j’aimerais que mes meubles soient aussi clairs à comprendre, à saisir, qu’il est clair de saisir la lettre T, la lettre L ou la lettre D. » Ainsi Pierre Chapo décrit sa pratique.
Franchise, sincérité et générosité : ces mots définissent autant la personnalité du créateur que celle de ses œuvres. À l’image de l’orme de ses meubles, le matériau de prédilection du designer, Pierre Chapo ne triche pas dans ses créations et livre des pièces d’une grande authenticité. 

Après ses études à l’École des Beaux-Arts, il entreprend différents voyages : tour à tour, il passe ainsi en Scandinavie, puis en Amérique Latine et enfin aux États-Unis. Il s’imprègne alors de différentes façon d’appréhender la création, d’appréhender les matières et les formes. Il n’en ressort que grandi en enrichi : dès son retour en 1956, malgré sa présence dans des cabinets d’architecture, son envie de fonder sa propre agence de création est plus importante. Ainsi, l’esprit d’auto-entreprise qu’il a observé Outre-Atlantique le guide sur le chemin de la création de son propre atelier à Gordes, dans le Vaucluse, en France. Il passe sa vie à créer dans cet endroit, au plus près de la nature, essentiel dans son œuvre. L’impossibilité de produire ses meubles dans le Vaucluse l’amène à démarcher la société Seltz en Alsace : sans jamais oublier l’artisanat, il fait ainsi appel à cette entreprise familiale, travaillant le bois depuis plusieurs générations, pour fabriquer son mobilier

Par ses aspects fonctionnels, sa pratique d’atelier et sa maîtrise artisanale, sa production se rapproche du Bauhaus dans son essence conceptuelle. La rigueur de la construction de son mobilier est le manifeste de sa formation à l’architecture. Non loin des idées de Charlotte Perriand, la fonction est l’idée primaire de chacune de ses créations, l’honnêteté, la base : ne jamais travestir l’évidence. Ainsi les assemblages sont souvent simples et visibles, car ils sont les seuls ornements tolérés, donnant tout leur rythme aux œuvres de Pierre Chapo ; l’harmonie vient uniquement de la proportion de chaque élément. Voulant faire partager le plaisir sensuel du toucher de l’orme, grâce à des formes simples, dépouillées, harmonieuses, il veut « que la beauté ressorte de la juste place d’un assemblage et de la juste conformité à l’échelle humaine. La couleur du bois, sa veinure, les courbes qu’il offre apportent la fantaisie, l’inattendu, la grâce. »

La première création de Pierre Chapo est le lit « L01 », dit « Godot » : il aime à rappeler cette anecdote fondatrice, car cette pièce fut créée pour un client spécifique et célèbre, Samuel Beckett. Toujours attaché au Vaucluse, il ouvre néanmoins à Paris, dans le Ve arrondissement, la galerie Chapo, puis collabore avec de grands noms tels que Charlotte Perriand, Serge Mouille ou encore Georges Jouve. Sa carrière est d’une grande importance dans l’histoire du Design. Entre artisanat et design, son « mobilier doré à souhait et massif à plaisir » – comme le rappelle les archives conservées au Musée des Arts Décoratifs (MAD, Paris) – séduit un grand nombre de personnes, à l’époque et encore aujourd’hui •

CATALOGUE :

Banquette L 07

PIERRE CHAPO1965

Table basse T02M

PIERRE CHAPO1965

Table circulaire T21

PIERRE CHAPO1970

Table circulaire T21

PIERRE CHAPO1970

Table circulaire T21

PIERRE CHAPO1970

Chaises S34

PIERRE CHAPO1965

Tabourets S31A

PIERRE CHAPO 1968