PHILLIP LLOYD POWELL

1919-2008
États-Unis

« Je suis un artiste travaillant sur des meubles. »

• Phillip Lloyd Powell •

Phillip Lloyd Powell fait partie de la génération des designers américains du mouvement de l’« American Studio Craft ». Essentiel dans ce paysage créatif, il est la plus unique des personnalités. 

Il est né en Pennsylvanie : cette terre est la patrie par excellence des plus grands représentants du Craftmanship américain. George Nakashima, le plus célèbre d’entre eux, et Wharton Esherick, le grand-père initiateur du genre, se sont installés dans cet état, afin de se rapprocher de la nature et s’en inspirer. Phillip Lloyd Powell, lui, y baigne depuis son enfance. Il commence des études d’ingénieur au « Drexel Institute of Technology ». Cependant, dès l’adolescence, il se montre remarquablement doué pour le travail du bois : c’est ainsi qu’il réalise des meubles pour sa famille et ses amis. Sans aucune formation, sa dextérité et son talent sont évidents : jamais il ne se formera au métier de designer, mais en sera un grand. 

La Seconde Guerre Mondiale l’oblige à s’engager dans l’armée. C’est en 1947 que l’aventure commence alors : il ouvre son premier showroom à New Hope (Pennsylvanie) dans lequel il ne fait que vendre des meubles de Knoll International, Herman Miller et les créations d’Isamu Noguchi. Plus antiquaire que créateur, la présence capitale à New Hope de l’un des plus grands designers va changer la vie de Phillip Lloyd Powell : en effet, George Nakashima, installé dans cette ville de Pennsylvanie, encourage lui-même son poulain à créer ses propres meubles. Le jeune designer commence à réaliser ses propres créations en noyer, notamment des lampes. Le bois est le matériau de prédilection du mouvement de l’« American Studio Craft », en particulier cette essence américaine, choisie pour ses propriétés graphique et chaleureuse, et matérialisant leur attachement  aux matières locales. 

Phillip Lloyd Powell est un véritable artiste : il est le seul du mouvement à appréhender le mobilier avec autant de sensibilité, en mélangeant un modernisme épuré à des formes organiques, grâce à son œil unique.

Fait majeur dans sa carrière, il débute une association dès 1950 avec l’un des plus grands designers américains, Paul Evans : leur amour commun des matériaux et leur passion partagée pour le travail de la main a donné lieu à une collaboration fructueuse. Il disait ainsi : « Paul helped me to refine my engineering base designs, as his background was in the arts, and in return I turned his art into furniture. » Paul Evans est connu et reconnu avant tout pour son travail sur le métal et c’est ainsi qu’en conjuguant leur double sensibilité, ils mélangent les matériaux, du bois à la pierre en passant par le métal, des objets rapportés de voyages et de la peinture. Si ils continuent à créer séparément, leur collaboration à quatre mains donne lieu à de nombreuses créations jusqu’en 1966, année où ils se séparent définitivement pour se concentrer entièrement à leurs projets personnels.

Phillip Lloyd Powell part alors en voyage, notamment en Europe, où le Modernisme bas son plein : son inspiration n’en sera que plus grande. 

Ses créations se caractérisent par un souci de lisibilité de fonction. Il associe la simplicité épurée du Modernisme et les formes organiques du Craftmanship américain. Élégance et sculpturalité, lignes sinueuses et rigueur d’exécution, sont les maîtres mots de son design – comme le montre le bureau suspendu du catalogue. Une sensualité particulière se dégage de ses créations, venant à la fois du bois lui-même mais également de son traitement, rappelant les formes naturelles.

Phillip Lloyd Powell continua à faire des meubles dans sa ville natale de New Hope jusqu’à sa mort en 2008 et des musées importants comptent ses œuvres dans leur collection à l’image de l’« America House » de New York ou le « Museum of the Philadelphia Civic Center », et bien d’autres •

CATALOGUE :

Bureau suspendu

PHILLIP LLOYD POWELL 1955