TAICHIRO NAKAI

.
Japon

L’histoire du design souffre de sa jeunesse. À la différence de l’histoire de l’art générale qui se pense depuis le XVe siècle environ, les premières études solides sur le design, en tant que discipline à part entière, datent des années 1980. Les travaux conjoints des universitaires, des chercheurs et des acteurs du marché de l’art permettent petit à petit de mener des études et ainsi faire des découvertes : une effervescence se dessine et de nouvelles personnalités émergent, de nouvelles créations refont surface. Un travail de fond doit être entamé pour (re)découvrir des trésors cachés.
Des designers sont ainsi tombé dans l’oubli, ne sont pas connus, ou reconnus : le japonais Taichiro Nakai est de ceux-là. Mais oublié ne veut pas dire sans talent. Loin de là. Et ce n’est pas un inconnu. Car en effet, Taichiro Nakai est un designer dont on connait des créations, notamment les pièces qu’il crée dans le cadre du concours appelé « Prima Mostra Selletiva del Mobile », organisé à Cantù, en Italie, du 17 septembre au 5 Octobre 1955.

Cantù, à l’image de Milan et sa Triennale, fut un fief important : depuis les années 1900, des collaborations importantes se sont nouées entre architectes et artisans. Cependant Cantù n’a pas su prendre le train des avancées rapides de la première moitié du XXe siècle à cause de la crise des industriels. Cantù avait perdu de sa splendeur d’autrefois. Après la Seconde Guerre Mondiale, des figures ont voulu créer une foire pour relancer l’économie du design locale afin de redorer le blason de la ville, en partenariat avec la Triennale de Milan, la « Prima Mostra Selletiva del Mobile », organisée tous les deux ans, entre 1953 et 1975.
Véritable concours international du meuble, cette foire rassemble des créateurs du monde entier : Franco Albini, Gio Ponti, Ico Parisi, Paolo Buffa, Guglielmo Ulrich, Carlo De Carli, Eero Aarnio, Ilmari Tapiovaara, Ettore Sottsass, Taichiro Nakai, Angelo Mangiarotti, BBPR, et bien d’autres encore.
Les programmes choisis par un jury qualifié et expérimenté étaient réalisés par les producteurs locaux, donnant lieu à des collaboration pérennes et intéressantes entre distributeur et designer.

L’édition de 1955 fut l’une des plus intéressantes, notamment grâce à son jury exceptionnel composé de Gio Ponti, Carlo De Carli, Alvar Aalto et le designer danois Finn Juhl. Ces célèbres virtuoses ont alors attribué les prix spéciaux à deux designers étrangers : le finlandais Ilmari Tapiovaara et le japonais Taichiro Nakai furent ainsi couronnés de succès.
Il est aisé de comprendre pourquoi les créations de Taichiro Nakai on attiré l’attention : pour l’occasion, il dessine un salon dont la conception est d’une grande intelligence car ambivalente. Analysant son marché sans jamais renier ses convictions, il adapte ainsi les principes japonais aux contraintes italiennes. Les lignes sont simples, épurées, énergiques et organiques : ce sont les caractéristiques essentielles des créations nippones ; puis les lignes franches – des fauteuils par exemple – rappellent les créations d’un Gio Ponti, en évoquant également le pliage d’un origami ; la structure du meuble de rangement, semblable à une bibliothèque de Franco Albini, porte en elle la simplicité géométrique japonaise. Le sofa de forme libre est sans aucun doute la création la plus captivante du stand, véritable hommage au « Freeform Sofa » du grand Isamu Noguchi de 1946. 

Il est des découvertes stimulantes et le travail de Taichiro Nakai est de celles-là •

CATALOGUE :

Rare sofa

TAICHIRO NAKAI1955